Pouvoir encore se regarder en face

Ces regards d’enfants qui croisent mon propre regard ….
Je prends le temps de les recevoir…
Ces regards qui disent la peur, le questionnement devant l’immédiat et l’avenir,
Ces regards marqués par ce qu’ils ont déjà subi et qu’ ils fuient,
Ces regards mi-éteints alors qu’ils devraient pétiller d’innocence, de gaieté et d’insouciance,
Ces regards emplis de craintes et d’interrogations face à ce qui les dépasse,
Ces regards d’enfants qui déjà crient leur désespoir,
Ces regards qui appellent à l’aide,
De ces regards, je m’en détournerai ? Continuer la lecture de « Pouvoir encore se regarder en face »

Les tentations populistes et fondamentalistes

Voici  une réaction de Bernard Ginisty sur Garrigues et Sentiers après lecture du livre de Daniel COHEN, « Il faut dire que les temps ont changé… ».
Ce livre permet de comprendre le désarroi des populations face à l’effondrement depuis 50 ans des civilisations industrielles emportées par la société digitale…. et comprendre la naissance de populisme. Pour lui, B. Ginisty, le populisme s’appuie sur des affirmations identitaires et défend le pré carré du patrimoine et de l’héritage racial et culturel. Pour s’en sortir ? Oser affronter une certaine forme de désert et tenir bon…. Continuer la lecture de « Les tentations populistes et fondamentalistes »

Le féminin au cœur du changement

Le féminin est à la fois un combat sociétal et en même temps met en jeu les changements de comportements dans l’ordre de l’intime”.
Le philosophe Patrick Viveret nous explique pourquoi le féminin est au cœur du changement dans la société.

Mettre le Christ à sa juste place

En écho à mon dernier post où je déplorais l’absence ou l’oubli d’un « acteur » important dans ce qui se passe dans l’Eglise, à propos de Dieu Père, voici un article de Alain Weidert sur le site de la CCBF qui répond à mon interrogation. Il écrit bien mieux que je ne l’ai fait combien il est important de mettre le Christ à sa juste place et de nous décentrer de nos propres préoccupations. Continuer la lecture de « Mettre le Christ à sa juste place »

Le Grand Oublié …

lavement des pieds peinture dans l'Eglise de St Tugdual
Dieu est un Dieu à genoux devant l’homme (Lavement des pieds : peinture de l’Eglise  St Tugdual)

Dans la cacophonie actuelle tant politique que sociale, humanitaire ou religieuse, telle qu’elle se décline en particulier sur les réseaux sociaux chacun y va de son analyse, de son sentiment, de sa justification.
Les sujets sont sensibles il est vrai mais à divers degrés. Rien de commun entre les couacs gouvernementaux, les péripéties de l’Aquarius, les séismes en Indonésie, ou les guerres en Irak ou au Yémen ou les problèmes des abus sexuels des clercs. Continuer la lecture de « Le Grand Oublié … »

Foi et coyance

Je suis abonné à un mail hebdomadaire venant de la Communauté Mondiale pour la Méditation Chrétienne (WCCM). J’aimerais vous partager le contenu de cette semaine. C’est toujours une invitation courte :

« … Se contenter d’affirmer et de défendre ses croyances ne peut mener à une vraie communauté de foi. Cette attitude fait de nous des adeptes d’une secte, des artisans d’une cabale fondamentaliste. Elle inhibe le mental en tant qu’organe de perception et de vérité.
Continuer la lecture de « Foi et coyance »

« C’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal »

Tristesse incommensurable…

Véronique Margron sur RCF :

 « Cette affirmation d’Hannah Arendt ne cesse de me poursuivre depuis bien longtemps. Et elle me hante aussi tous ces derniers temps, avec les crimes qui dévisagent l’Église du Christ et martyrisent les victimes.
Il est des heures où tout ce que l’on croit savoir, ce pour quoi on a passé de nombreuses années d’étude, parait fétu de paille. Alors revient peut-être l’essentiel.
Continuer la lecture de « « C’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal » »

Souveraineté alimentaire et migrants

Des mots a priori rébarbatifs, loins de nos préoccupations franco-françaises ou lassants à la longue… Malheureusement !
Et pourtant ! là se trouve l’une des clés de notre vivre-ensemble planétaire.
De quoi s’agit-il ? Allons dans l’ordre :

Via Campesina (la voie des paysans) est un mouvement international qui coordonne des organisations de petits et moyens paysans, de travailleurs agricoles, de femmes rurales, de communautés indigènes de différents continents. Il a vu le jour en 1993. J’ai eu la chance de les rencontrer au Brésil ainsi que son président/fondateur Joao Stedile. Continuer la lecture de « Souveraineté alimentaire et migrants »