La chapelle sainte Madeleine à  Thoard.

Idée  de sortie ?
La chapelle sainte Madeleine à  Thoard.
Ce que j’aime ? Dans ce qui était ruine l’artiste Andy Goldworthy, comme dans d’autres lieux autour de Digne, a laissé trace d’une de ses œuvres. Une mandorle tout en creux qui pour moi symbolise un tombeau vide.
Une manière de « lire » qu’un tombeau peut n’être qu’un triste tombeau aussi fleuri soit-il mais également  (et surtout ?) une invitation à ne pas s’ appesantir, à choisir la Vie et à se laisser habiter par elle plus que par la mort.
Continuer la lecture de « La chapelle sainte Madeleine à  Thoard. »

Ensemble

Pour ceux qui n’entendent pas ou plus le cri des hommes et de la terre,

Pour ceux qui ne voient plus la détresse de leurs semblables, fantômes qu’ils ignorent sur les ronds-points de la vie,

Pour ceux qui crient « inutile ! absurde ! » l’accueil de celui qui fuit son pays mis à sac par ces mêmes nantis-crieurs et les rejettent, avec ce qu’ils pensent être du sérieux, dans les mers de l’indifférence et du mépris,

Pour ceux qui refusent le partage d’un pain, d’un toit ou d’une obole parce qu’ils ne se sentent plus frères en humanité et que la compassion a déserté leur cœur endurci,

Pour ceux qui refusent les combats à marche forcée dans les rues engazées de ceux qui s’engagent pour plus de justice, de solidarité et de dignité partagées, Continuer la lecture de « Ensemble »

Pâques

Pic de Couard

Qui pourrait arrêter
la course du Soleil ?
Irrésistible,
il surgit,
éblouissant,
à  l’aisselle
du  Pic de Couard
et du Cheval Blanc.

Comme un enfant qui dort contre mère,
il se réveille et se dresse
hors de ce berceau où il était assoupi.
La terre s’allie au ciel, juste pour moi :
Aujourd’hui,
seulement aujourd’hui;
à cette heure,
seulement à  cette heure du Grand Passage
l’axe de mon regard,
ce creux de dormition et d’éveil
et l’Astre levant
s’alignent
et, comme une flèche,
viennent dire à la cible que je suis : 
« Tu as du prix à  mes yeux et je t ‘aime ».

Continuer la lecture de « Pâques »

Samedi Saint

« …Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas….. »

Samedi Saint
Ainsi ils l’ont eu.
Les tenants des pouvoirs politiques et religieux en place qui ne s’entendaient guère ont réussi à faire cause commune pour se débarrasser du gêneur.
Insupportable !
Il voulait libérer ses contemporains de toutes les chaînes religieuses, les pesanteurs morales, les carcans dogmatiques qui les écrasaient.
Remise en cause certaine d’un mode de pouvoir et de sa maîtrise…
Intolérable pour eux ! Comment le système  va-t-il pouvoir tenir ?

Sidération pour sa famille et ses amis.
Temps suspendu ce samedi saint…
Comme en attente d’un on ne sait quoi…
Ténèbres.

Continuer la lecture de « Samedi Saint »

Vendredi Saint

Pietà d’aujourd’hui

Mort définitive du Dieu tout puissant.

Pourquoi les hommes veulent-ils à tout prix garder et adorer ce dieu là ? Besoin de religiosité ? Pour se protéger ? Relent de superstition ?
Dieu est le Dieu des petits et des humbles. Le Dieu qui naît sur la paille et meurt comme un damné de la terre, pauvre pantin sanguinolent sur sa croix. C’est le Dieu qui se met à genoux devant l’homme (lavement des pieds) pleure devant les forfaitures des hommes (devant Jérusalem) et communie à ses détresses et ses non-sens (Lazare et près de tous les blessés de la vie).
Sa toute-puissance n’est que toute-puissance d’amour. … D’amour inconditionnel. ..
Peu de chose en fin de compte si ce n’est un appel à vivre de même. … au coeur des impuissances…
Là est la gloire de la croix et son exigence douce de fraternité. ..
 
Me revient les paroles de Félix Leclerc :
 
Quand les hommes vivront d’amour
Il n’y aura plus de misère
Les soldats seront troubadours
Mais nous nous serons morts mon frère….
 
Oui nous serons alors peut-être morts de la mort qui nous replie sur nous-mêmes mais vivants dès maintenant de la Vie qui dure toujours et nous ouvre à l’Immensité heureuse, joyeuse, débordante d’une humanité réconciliée en Christ …
… Mourir pour Vivre…
 
… En union active avec tous ceux et celles qui souffrent dans leur chair et leur cœur…

Il est temps d’agir …

Voici, reçues en partage sur les réseaux sociaux, des idées et des propositions de simple bon sens de Laurent GRZYBOWSKI .
je les fais miennes et vous les transmets à mon tour… une peu comme une bouteille à la mer…. pour que les choses dans l’institution ecclésiale changent…

Si ça peut se lire, s’entendre et se vivre du côté de certains évêchés, comme, pris au hasard, ceux des diocèses de Vannes ou de Digne-Les-Bains, ça me réjouirait grandement ! … Histoire de repenser en urgence les appels évangéliques , ne plus s’arque bouter sur une tradition dépassée en faisant le gros dos ou les ravis dans les processions et sortir d’une « pastorale » que le pape François décrivait lui-même comme «obsédée par la transmission désarticulée d’une multitude de doctrines à imposer avec insistance.»
Histoire de mettre fin à l’intransigeance d’une autorité dans ces églises catholiques locales plus identitaires, intolérantes et bien à droite que servante, ouverte et solidaire. … 

Suite à la condamnation et à la démission du cardinal Barbarin, et suite à toutes les affaires qui ruinent la crédibilité de l’Eglise, blessent les croyants et sapent le moral des catholiques, il ne sert à rien de se lamenter. Par contre, il faut agir. Ces scandales à répétition nous rappellent qu’il est urgent de réformer l’institution et son fonctionnement. En effet, ce ne sont pas d’abord des hommes qui sont en cause, qu’ils soient laïcs, religieux, prêtres ou cardinaux. Ce qui est en cause, c’est un système clérical qui repose sur l’omerta, la peur du scandale, les protections entres clercs et le sentiment d’impunité.

Continuer la lecture de « Il est temps d’agir … »

Hypocrisie…

Comme en écho au reportage d’Arte hier soir sur les viols des religieuses par des prêtres, les lectures du jour en cette entrée en carême nous invitent au jeûne, à l’aumône et à la prière. Phrase du Christ qui nous dit par 3 fois  : « Ne soyez pas comme des hypocrites »…  

En ce Mercredi des Cendres, ne faudrait-il pas que certains prêtres  soient invités à « descendre » (et pas seulement le mercredi !) de leur piédestal  fait de cléricalisme, de soif de pouvoir, de mépris cachottier, et d’assurance de pouvoir opérer en toute impunité ?
Continuer la lecture de « Hypocrisie… »

Salve Regina des bergers du Rouergue

André Gouzes est un dominicain qui a sauvé et restauré l’abbaye de Sylvanès dans l’Aveyron. Cet édifice du XII éme siècle est devenu un centre spirituel et artistique important en Occitanie.
La dégradation de son état de santé, à 75 ans, a conduit à son entrée en institution médicalisée, sans espoir de retour.
Je suis passé à Sylvanès il y a des années  pour les fêtes pascales et j’ai été touché au cœur par le chant des bergers qu’il avait su harmoniser « à la Corse ».
C’est toujours un réel bonheur pour moi de réécouter cette polyphonie et une grande émotion quand beauté et simplicité se conjuguent.
Pour lui, « la liturgie doit être un lieu de consolation et de joie… »
 Ecoutez plutôt …

En polyphonie :

Ce même chant, « nature » . 
A la tombée de la nuit, quand l’étoile du berger commence à scintiller, les bergers et les chiens rassemblent le troupeau pour le retour au bercail dans le vent du plateau. Alors s’élève cette polyphonie de voix des pâtres qui s’interpellent pour chanter le Salve Regina.

site de l’ Abbaye de Sylvanès

Subversion de la hiérarchie

Christine Fontaine

j’ai beaucoup aimé le commentaire de Christine Fontaine écrit ici sur le site « Dieu maintenant ». (on ne peut pas partager) .
Je le retranscris :

Depuis de nombreuses décennies, l’Église catholique perd un très grand nombre de ses fidèles en France. On explique souvent ce phénomène par la sécularisation qui touche non seulement la France mais tout l’Occident. C’est sûrement vrai. Cependant un certain nombre de baptisés quittent l’Église catholique non pas parce qu’ils ne sont plus croyants mais parce qu’ils le sont. François Roustang pointait déjà cette situation en 1966. La réédition récente de son article est l’occasion pour Christine Fontaine de
se situer par rapport à l’Église.

Continuer la lecture de « Subversion de la hiérarchie »

Les racines historiques du cléricalisme

Sur le site internet de l’Eglise de St Merry, paroisse ouverte sur la rue au cœur de Paris, Alain Cabantous s’interroge sur le rapport entre profane et sacré comme l’une des sources essentielles du cléricalisme. Pour lui, « on est immanquablement renvoyé au statut du prêtre issu du XIXè et à sa profonde remise en cause actuelle en raison, mais pas seulement, des découvertes quotidiennes des crimes de pédophilie et d’abus sexuels »….
Son article se termine vers un renvoi d’un interview de Danièle Hervieu-Léger, sociologue des religions,  dans Télérama (7 pages) en novembre dernier. Elle souligne justement que : « L’Église ne peut plus séparer la redéfinition radicale du sacerdoce comme service de la communauté et la reconnaissance pleine et entière de l’égalité des femmes dans tous les dimensions y compris sacramentaire de la vie de l’Église. L’invitation faite aux prêtres d’être proches de leurs ouailles, la place faite à quelques femmes dans les instances de pouvoir et même l’ouverture de l’ordination à quelques hommes mariés ne conjugueront pas le désastre. La question qui est sur la table est celle du sacerdoce de tous les laïcs. Une seule chose est sûre, la révolution sera globale ou elle ne sera pas et elle passe par une refondation complète du régime du pouvoir dans l’institution »