Bible et lecture

Voici un commentaire en réponse à un article paru ici . Il s’agit d’un interview d’un Père ( oui c’est ainsi qu’il se fait encore appelé), jésuite, à propos de la déclaration du Pape Francois proposant un dimanche de la Parole dans l’Eglise catholique ce 25 janvier.

« J’aime globalement cet interview en particulier cette ouverture : « …Dieu parle aussi à tous les peuples et les semences du verbe, nous dit le concile Vatican II, sont contenues dans les cultures, les traditions des divers peuples…. »
La Vérité de Dieu est multiple et ne s’enferme pas, même dans une Eglise particulière.

Je tique quand même sur des expressions laissant entendre que seul le magistère sous la houlette de l’Esprit peut « traduire » la Parole…
Cléricalisme pas mort !!!

De même c’est quoi « retrouver le sens authentique de la Parole » ?
Ne serait ce pas dans ce cas la figer une fois pour toute dans une perspective ancienne et surtout définitive ? Nous aurions à « retrouver un sens » perdu ? ,… alors qu’elle n’a de sens, de réalité,  de consistance que dans l’aujourd’hui de ma vie ? Comment elle me parle aujourd’hui ? Comment elle me parle de manière neuve ?
Il ne s’agit pas de la faire parler ou commenter par des curés aussi compétents soient-ils, mais d’aider à  écouter comment, elle, elle parle en chacun ?
Si la Parole est vivante elle fait ce quelle dit dans ma vie aujourd’hui .
Sinon les Ecritures deviennent de beaux textes et c’est tout ! De beaux textes, mais « morts », de belles histoires, au même titre que les légendes grecques ou autres.
La Bible c’est Dieu qui nous parle et non pas qui nous raconte une ou des histoires.
De plus il n’y a pas de sens authentique. Parce qu’il n’y en pas qu’un.  C’est la richesse de cette Parole qui parle en chacun dans sa propre langue. Ou alors qui va proclamer l’authenticité de cette Parole ? Avec quel critère ?
Non ! La Parole est « authentique » pour moi maintenant, pour l’autre différemment à un moment clé de sa vie, pour un autre elle lui parlera tout autrement. Ne l’enfermons pas ! Et ne nous laissons pas « orienter » et « guider » par un Magistère qui donnerait du haut de son « savoir » les clés de lecture d’un texte.
Croyons à la puissance de l’Esprit quand ensemble nous écoutons un texte. Car la Parole, la Bible ne peut se lire seul. On y projette trop nos attentes et notre subjectivité.  D’où  la nécessité de le lire en groupe au pas à pas de l’écoute mutuelle de ce que dit l’Esprit en chacun, sans tentation de moralisation ou d’enseignement quelconque.
Ensemble, laissons-la nous parler.
A ce titre la lecture figurative de la Bible est un excellent chemin de lecture. C’était celle des Pères de l’Église.
Cordialement

  • Bible et Lecture
  •  https://africa.la-croix.com/pere-aurelien-folifack%E2%80%89-%E2%80%89la-bible-nest-pas-la-seule-parole-de-dieu%E2%80%89/#respond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *