« Vivre c’est naître lentement »

A cette phrase extraite de Pilote de guerre de St Exupéry, j’ai envie d’ajouter « … et c’est conjuguer passé, présent et futur ». En ces période de confinement nous voyons fleurir sur les réseaux sociaux bon nombre d’invitations concernant la manière de vivre l’instant présent et des propositions pour bien habiter, maitriser, demeurer, profiter de cet ici et maintenant. Les techniques proposées sont nombreuses entre le yoga, la marche, la méditation, les livres, la musique, les propositions à bien faire ce que l’on fait, à demeurer.

Continuer la lecture de « « Vivre c’est naître lentement » »

« Dieu tout puissant ! »


C’était le cri de nos grands parents pour conjurer le sort !
Il est des idées reçues (ou qu’on projette) sur « Dieu » telles qu’on ne peut que les fuir et fuir ceux et celles qui les propagent. Parmi elles, concernant le Dieu de certains chrétiens, l’idée que ce Dieu serait Tout Puissant. La caricature la plus explicite ces derniers temps viendrait des évangélistes américains qui soutiennent Trump, non pour défendre leur morale ou leur religion fondamentaliste mais pour asseoir leur richesse et leurs valeurs ultraconservatrices dépassées qu’ils auraient méritées par leur mérites de la part de Dieu .
Ce Dieu là, dans le passé récent, motivait les troupes guerrières qu’elles soient allemandes ou françaises, avec la bénédiction des prélats. Mais n’est-ce pas en fin de compte les projections humaines de toujours ? le Dieu d’Israël dans la Bible n’était-il pas celui qui donnait la victoire car il était plus fort que le dieu des ennemis ?

Continuer la lecture de « « Dieu tout puissant ! » »

Doctrine sociale de l’Eglise

Dernièrement, sur Facebook, un commentateur d’un article sur Facebook écrivait « Who else? Mais par contre, je vous en conjure, arrêtez les conneries avec cette raclure de pape et son encyclique de mes deux ! »
Je lui avais répondu :
« Moi aussi, je t’en conjure, ce n’est pas avec ce type de jugement à l’emporte pièce définitif et binaire qu’on va avancer. Ca frise le mépris. Je t’invite à au moins lire le premier chapitre de cette encyclique pour revoir ton appréciation … J’ai connu un temps où des sections communistes lisaient et travaillaient la doctrine sociale de l’église pour ancrer leur action.

Continuer la lecture de « Doctrine sociale de l’Eglise »

Gratitude : à Jean-Jacques Le Floch et Samuel Paty

… Silence des pour quoi…

C’était vendredi dernier 17 novembre
deux frères en humanité,
 parmi tant d’autres, nous ont quitté.
Vous étiez tous deux, Jean-Jacques et Samuel, enseignants
Que pouvez-vous vous raconter ensemble maintenant
pour faire entendre et comprendre à ceux qui restent
que la Vie, l’Amour et la Paix entre les hommes sont nos véritables destinées ?

Continuer la lecture de « Gratitude : à Jean-Jacques Le Floch et Samuel Paty »

Fratelli tutti : petit manuel de fraternité

Le pape François vient de publier sa deuxième encyclique sous l’égide de St François d’Assise. Je ne ferai pas de commentaires à propos de ce document puisque je viens de commencer sa lecture.

Aux dires des premiers lecteurs ce document se veut accessible à tous, croyants et incroyants. Chacun pourra retrouver un discours empli d’humanité, sans complaisance c’est certain, mais aussi lourd d’espérance et de vision.
Le sociologue Alain Caillé qui s’affirme athée se dit « … en harmonie [ avec le texte]. Certes, ce ne sont pas les références philosophiques ou économiques qu’il m’arrive de manier, mais le texte peut se lire hors de la tradition chrétienne. Et le pape utilise un langage plus sociologique ou philosophique qu’ecclésial. « 

lire la suite

Le Lac d’Allos

Lac d’Allos

Il est des lieux comme des hommes : soit désolant d’insignifiance, de banalité et de platitude,  soit inspirant et invitant à  l’intériorité pour peu que l’on sache faire silence et contempler ce que ces lieux et ces hommes donnent.
Le chemin-passage vers cet essentiel de Vie est long.
 Apprendre à  saisir ce Kairos, ce moment opportun, pour s’ouvrir à  l’inentendu et fuir ceux qui peuvent (ce qui peut) nous dévitaliser.
La rando d’hier à été pour moi un de ces temps propice à cette ouverture. Pour ceux qui connaissent le lac d’Allos, il savent de quoi je parle.
Lorsque le paysage se découvre après une petite heure de montée, je suis à chaque  fois émerveillé  de la beauté  du site.

Continuer la lecture de « Le Lac d’Allos »

Boulegadis à St Pancrace

En écho à mon billet sur le sujet « Faut-il restaurer les églises ? », je poursuis ma réflexion à la suite d’une nouvelle expérience à la chapelle de St Pancrace.
je vous donne déjà la réponse à cette question : oui !

Dimanche dernier, journée du patrimoine, nous nous sommes rendus à cette chapelle avec des amis pour écouter le Chœur polyphonique Boulegadis. Ils étaient là pour soutenir le travail de restauration de ce bâtiment qui mérite de l’être ne serait-ce que par sa position au sommet d’une colline qui domine la ville et par sa lente montée pour y accéder. Après un magnifique concert de chants occitans, corses et italiens, digne de véritables professionnels, il y a eu le traditionnel apéritif offert par le comité de restauration. Joie et bonne humeur malgré le peu de monde et la campagne d’affichage pourtant. De quoi parfois faire désespérer ces bénévoles qui s’attèlent depuis des années à la restauration de l’édifice.
Il est des lieux et des personnes qui « respirent » l’accueil, la beauté et la bienveillance inconditionnels. Nous étions là et cela suffisait !

Continuer la lecture de « Boulegadis à St Pancrace »

Colchiques dans les près fleurissent, fleurissent…

Les  pénitents des Mées

Les colchiques dans la montagne annoncent la fin de l’été. Elles m’ont accompagné ce jour au long de la randonnée que j’ai effectué avec des amis aux Mées sur la crête des Pénitents et dans la forêt proche .
Le village des Mées doit sa notoriété aux rochers étroits qui se dressent sur plus de 100 mètres de haut sur la commune. On les appelle les Pénitents en raison de leur forme longue et étroite. Certains y ont vu une procession de moines coiffés d’une capuche pointue. D’après la légende il s’agirait des moines de la Montagne de Lure pétrifiés par Saint Donat, leur supérieur, au temps des invasions sarrasines et punis ainsi pour s’être épris de jeunes femmes mauresques.
Ah ! La concupiscence ou la convoitise sont vieilles comme le monde, même chez les religieux… !

Continuer la lecture de « Colchiques dans les près fleurissent, fleurissent… »