Joyeux Noël ! Bonne et heureuse année 2019 !

partager

Quand le bœuf et l’âne devisent dans la crèche, le premier dit au second son souhait d’aller en Inde car dans ce pays les bovins sont comme des dieux. Pour l’âne, son désir est d’aller en France car dans ce pays les ânes sont nommés au gouvernement.
C’est une anecdote qui traine sur les réseaux sociaux.  Signes des temps : en cette période hivernale fleurissent les Gilets Jaunes et, alors que le réchauffement climatique et les injustices battent leur plein, il y a encore de la dérision en France même quand son peuple est inquiet de son avenir ou en colère…
Au-delà de l’humour, il nous faut entrer plus profondément dans la signification de cet Enfant qui naît.

Noël aujourd’hui

Nous avons tendance à nous arrêter au côté merveilleux de cet événement. Il nous donne une pause pour respirer et aspirer à l’Espérance, nous re-poser dans la Paix et la Fraternité entre les hommes; et c’est bon de croire en ce Possible.
Mais il nous dit aussi le Tragique de notre condition humaine. A peine né, cet enfant deviendra l’effroi du pouvoir en place.
A peine né il sera l’occasion de pogroms. 
A peine né, il deviendra un migrant obligé de fuir pour sauvegarder sa vie.
A peine né, ses parents seront soumis pour sa survie aux aléas des oppressions, des injustices, des iniquités, des inquiétudes posés par les puissants de l’époque.
Comment ne pas faire le lien avec ces enfants qui toutes les 4 minutes meurent de faim au Yémen ? Avec ceux qui croupissent depuis des années dans des camps de réfugiés ou dans des centres de rétentions en France ou aux USA, avec ceux qui subissent toutes sortes de violences, mêmes sexuelles, dans l’innocence de leur enfance volée ?
Comment ne pas faire le lien avec les enfants des familles, ici dans notre pays, qui doivent craindre la peur du lendemain, des faims qui tenaillent leur estomac, quand dès le 10 ou le 15 du mois il n’y a plus rien dans le frigo ?
Comment ne pas faire le lien avec les enfants du Yémen où tous les 4 mn l’un d’eux meurent de faim ?
Comment ne pas faire le lien avec toutes les victimes des prêtres pédophiles dans les Eglises (encore 500 aujourd’hui répertoriés aux USA)?
Comment ne pas faire le lien avec tous les petits enfants qu’ils ont été et qui pleurent, souffrent, « de-vivent » chez des adultes en mal-être, en solitude et en détresse ?
La liste pourrait s’allonger indéfiniment… Oui c’est Noël tous les jours quand lumières et ombres se disputent le devant de la scène…

S’entraîner à la tolérance

Quand le Merveilleux et le Tragique se côtoient indissociablement, ils nous invitent à prendre à bras le corps les deux facettes de cet Evénement/Avènement qu’est Noël.
Ne pas tomber dans une trêve des confiseurs qui nous feraient oublier les enjeux sociétaux du monde et nous satisfaire de pieuses et béates « sucreries » alimentaires ou religieuses, mais être lucides, d’une compassion active, qui nous fait voir qu’un autre monde est possible. Plus fraternel et solidaire et plus humain. Et tenter d’arrêter les massacres des pauvres et des innocents.
Un maître mot : celui de tolérance. Accepter l’autre dans sa différence. Au-delà des races, des couleurs de peau, des religions. Surtout des religions. De plus en plus, elles véhiculent individualisme, replis sur soi et rejet. Elles se campent souvent avec hauteur et mépris dans leurs certitudes, ne laissant pas ou peu de place au doute, à la remise en cause, au dialogue.
Ne pas donner plus de place à la religion qu’à la Bonne Nouvelle qu’ est l’Évangile. Mais aussi ne pas prendre ce dernier au pied de la lettre comme un Absolu mais apprendre à l’écouter dans sa Parole neuve pour aujourd’hui.

Epousailles de Dieu avec l’humanité…

Choisir l’Homme, œuvrer pour sa dignité, avant d’asséner morale ou certitudes qui tuent. Car nous trouverons le « divin » dans la mesure où nous devenons profondément humains. 
Cet enfant-Dieu qui s’humanise nous appelle à le faire naître en nous. C’est le chemin du Divin auquel il nous invite. Pour que nos humanités soient Une. Une avec nous-mêmes et une avec les autres, l’Univers, notre planète.
Cette Espérance là nous est offerte. Elle est à portée de mains tendues pour la recevoir.
Vous, nos proches, nos amis, nous savons qu’elle est aussi votre soif. En cadeau, ce texte tiré du Poème des poèmes qui nous est personnellement adressé. Ainsi nous parle le Divin qui s’humanise, en quête d’un amour éperdu pour les hommes, c’est-à-dire chacun de nous :
« … La voix de mon amant ! Le voici mon amant qui vient ! Il escalade les montagnes, il franchit les collines, il accourt comme la gazelle, comme le petit d’une biche. Le voici qui se tient derrière notre mur ; il regarde par la fenêtre, il guette à travers le treillage. 
 Mon bien-aimé a parlé ; il m’a dit : « Lève-toi vers toi-même, ma compagne, viens, ma toute belle vers toi-même. Car voici que l’hiver est passé, la saison des pluies est finie, elle s’en est allée.
Dans la campagne, les fleurs apparaissent. Le temps des chansons arrive. Le roucoulement de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes. Le figuier forme ses premiers fruits, la vigne en fleur exhale son parfum. 
Lève-toi vers toi-même, ma compagne, viens ma toute belle vers toi-même !
Ma colombe, blottie dans le rocher, cachée dans la falaise, montre-moi ton visage, fais-moi entendre ta voix ; car ta voix est douce, et ton visage est harmonieux… »


L’ Avenir est ouvert

A chacun, tous nos vœux les plus sincères.
Que ce Noël soit de Paix et de solidarité ! Qu’il vous comble de la Paix et de la Joie qu’apporte un tout petit Enfant qui nous propose de l’accoucher en nous et à l’emmailloter de nos tendresses et de nos affections pour tous, à travers lui.

Bonne et heureuse année à tous.
Que sera-t-elle ? Nul ne sait. Si ce n’est qu’elle sera ce que nous en ferons, ensemble, dans la construction d’un monde plus fraternel et plus solidaire. Que cet an neuf soit nouveau quant à la joie et le partage qui se feront toujours plus dans les cœurs, les vies, les relations.
Et que ce Noël et cet Nouvel An nous posent dans l’Espérance certaine que tout est ouvert avec cet Enfant qui nous ouvre à l’Inconnu et nous invite au Don.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.