Trump : Qu’il meure ?

partager cet article :

Qu’est-ce qui m’arrive ?
En découvrant les infos il y a quelques jours j’apprends que Trump à attrapé  le coronavirus et je me suis réjouis de la nouvelle.
Pas très sympa je reconnais; mais quel bonheur, pendant un instant, de savoir qu’il va peut-être mourir et emporter avec lui toutes les méchancetés,  les folies, les bassesses, les coups tordus, les mépris et les suffisances dont il raffole pour avilir et salir ceux et celles qui ne pensent pas comme lui et aussi le monde tant son complexe de supériorité l’a rendu suffisant.
Je suppose que de par toute la terre beaucoup de personnes ont du réagir comme moi tant la haine qu’il suscite devient universelle.
Une lueur s’est allumée…. et si  les cauchemars devenaient des rêves  enchantés ?

Bon, il faut que je me reprenne si je ne veux pas devenir comme lui !
Dans la Grande Table de France inter, Sylvie Laurent, historienne américaniste déclare la semaine dernière : « Trump a réussi à politiser une subjectivité : le sentiment que, parce qu’on est blanc, on est défavorisé dans une société désormais multiculturelle. Ce sentiment n’est pas nouveau, mais ce qu’a réussi à faire Trump, c’est à lui donner un sens politique en l’explicitant, en réveillant en chacun des Américains blancs ce qui était une prédisposition, en particulier chez les Républicains. (…) Les plus aisés, les possédants, les chrétiens, les hommes… nourrissent ce sentiment d’être désavantagés, brimés, dépossédés, et ce sont eux les « pauvres petits Blancs ».


Comment en est-on arrivé là ? Comment cet homme a-t-il pu fédérer des hommes du monde entier dans une si large palette de diversité de religions, d’idées politiques ou intellectuelles ?
Nous sommes arrivés à  une tension extrême entre les individus. Une approche binaire : tout blanc tout noir. Bons et méchants. Pauvres et riches. Forts et faibles. Chacun s’enfonce dans ce qu’il croit être La vérité. Le dialogue entre gens « civilisés » n’est plus possible si ce n’est à coup d’avis tranchés et définitifs.
Nos dirigeants y sont pour beaucoup dans ce clivage et ce rejet des uns et des autres.
A flatter les bas instincts, les égoïsmes, à mépriser les petits, à privilégier les castes dominantes, ils ont dévalorisé leur fonction, rabaissé la démocratie, dénaturé le vivre-ensemble.
De telles attitudes ne peuvent qu’engendrer violence, désirs de revanche, voire pire, comme moi un instant, disparition de l’autre.
L’humanité est à un virage dit-on. Au lieu de favoriser la compétition,  la guerre,  les combats entre les hommes, il lui faut apprendre  et réapprendre à vivre la solidarité, l’attention à l’autre, la justice pour tous.
Les idées de survie par exemple qui se dessinent face à l’urgence climatique ne doivent pas déboucher sur le chacun pour soi ou les « qu’ils crèvent ! »
On s’en sortira tous ensemble ou pas du tout.
Alors inutile de jeter de l’huile sur le feu !

L’arc-en-ciel qui surgit à l’instant même m’invite à faire le pont et mettre des couleurs de tendresse chez les hommes. Mettre du baume dans les cœurs et non du vin aigre sur les souffrances.
Guérissez monsieur Trump. Mais puissiez vous tirer les leçon de votre maladie et communier un peu plus avec les mille personnes qui agonisent chaque jour dans votre pays et ne pas oublier les 200 000 personnes décédées du fait de votre incompétence.

Le bling-bling tonitruant et méprisant des nantis qui se croient tout permis ne débouchera sur rien si ceux-ci ne se posent pas comme serviteurs de leur pays et serviteurs des citoyens du monde et non comme les servants de leurs propres intérêts et les commis de leurs copains-coquins.

Il est urgent d’apprendre à discerner, à comprendre les manipulations en cours, la mainmise d’une caste sur le reste du monde, les enfermements et les aigreurs qui dessèchent tant de personnes dans les solitudes des confinements, et urgent de contester, non par la force ou la violence, armes de ces méprisants mais par la vraie démocratie, le dialogue, la patience …
Mais faut-il attendre la dernière heure pour se réveiller ?

partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *