Ensemble

partager

Pour ceux qui n’entendent pas ou plus le cri des hommes et de la terre,

Pour ceux qui ne voient plus la détresse de leurs semblables, fantômes qu’ils ignorent sur les ronds-points de la vie,

Pour ceux qui crient « inutile ! absurde ! » l’accueil de celui qui fuit son pays mis à sac par ces mêmes nantis-crieurs et les rejettent, avec ce qu’ils pensent être du sérieux, dans les mers de l’indifférence et du mépris,

Pour ceux qui refusent le partage d’un pain, d’un toit ou d’une obole parce qu’ils ne se sentent plus frères en humanité et que la compassion a déserté leur cœur endurci,

Pour ceux qui refusent les combats à marche forcée dans les rues engazées de ceux qui s’engagent pour plus de justice, de solidarité et de dignité partagées,

Pour ceux qui souhaitent l’instauration d’un certain ordre et qui pensent que par la parole bâillonnée, la violence assénée et la colère canalisée par des CRS,  il n’y aura plus de problèmes et que reviendra la « tranquillité » dont ils ont besoin pour exploiter leur semblables,

Pour ceux qui ne savent plus écouter d’une écoute fine le frêle murmure de l’amour donné et non rapté, respectueux des différences et désintéressé et ouvrant à tous les possibles, ceux des créations comme ceux des pardons,

Pour ceux qui ne croient plus parce qu’ils ont tué en eux le sens de la vie et sont déjà morts de la vie mortelle, embaumés de tous les mensonges des médias et du marché tant ils n’ont rien vu venir,

Pour ceux désespèrent et ne mettent pourtant pas du leur pour faire grandir l’espérance et offrir un avenir serein et pacifique,

Pour ceux qui se moquent que la terre se meurt, rient de ceux qui crèvent déjà la faim, restent indifférents face au compte à rebours entamé et croient qu’ils s’en sortiront en amassant derrière de hauts murs de quoi survivre,

Pour ceux qui disent « Utopie ! » et n’ont pas encore touché du doigt que c’est elle qui fait grandir l’humanité,

Pour ceux qui ne savent pas lire l’Histoire et leur histoire et n’ont pas tiré enseignement que c’est dans les petites choses et par les petites et humbles gens que se disent les grands pas de l’humanité,

Pour ceux qui, croyant au ciel ou ne croyant pas et qui refusent de s’unir dans une amitié commune pour qu’advienne le monde de leur rêve, celui de Dieu ou celui d’une humanité réconciliée,

Alors, pour tous ceux-là je leur dis :

« Entrez dans l’allégresse des hommes, pétris du bon pain de la joyeuse fraternité partagée et marchez avec eux sur les routes âpres de la dérangeante solidarité, celle qui fait grandir et qui réjouit malgré toutes les avanies

découvrez avec eux combien il est bon de marcher avec les Gandhi et les Martin Luther King d’aujourd’hui pour que « ça » change

Osez la parole qui libère, celle qui met chacun debout dans sa dignité et vous sort de vos tristes marécages

Osez l’oreille qui écoute, sans parti pris, sans jugement, tout de bienveillance et de bonté

Partagez le rire des enfants, jouez avec eux, tout en sérieux tout comme avec désinvolture ; ils vous montreront l’insignifiance et la gravité de la vie

Refusez le repli sur des acquis et des possessions promis à la pourriture. Ne gardez que le strict nécessaire dans votre tête et votre cœur, surtout dans les pensées qui aveuglent la beauté qui vous entourent

Vivez l’instant présent ! Mourrez vivants !

Prenez soin de la terre, elle qui vous porte, vous nourrit, vous apaise et vous fait grandir par sa beauté et son extraordinaire fragilité. Ne vous défigurez pas en la défigurant

Réconciliez-vous avec vous-mêmes d’abord puis avec vos semblables ensuite pour poser les fondations de la paix et de la Vie pour tous, partout.

Entrez dans la certitude altière que oui tout est possible pour celui qui croit et que rien ni personne n’enlèvera de leur cœur la foi en un monde et des hommes meilleurs

Devenez prophète de la joie, de celle puisée avec d’autres, malgré déroutes impasses pleurs et découragements car c’est là, ensemble, qu’elle naît et fait mourir tous les individualismes . »

Rudesse de ce que certains diront « monde de bisounours ». Opiniâtreté de ceux pour qui la vie n’est pas à l’eau de rose. 

La Vie est un combat. Pas une partie de plaisir.
Il est mal heureux celui qui croit l’esquiver ou jouer au spectateur. Personne ne sortira indemne.

C’est ensemble que nous nous en sortirons … ou pas !
Avons-nous d’autres choix ?
Riches de nos différences, mettons-les, ensemble, oui ensemble, au service de tous.
Devenons hommes et femmes de bonne volonté.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.