2020 : Meilleurs voeux pour embellir et illuminer nos nuits

partager

Champtercier

« …Enfin, lorsque la nuit a déployé ses voiles,
La lune, au visage changeant,
Paraît sur un trône d’argent,
Et tient cercle avec les étoiles,
Le ciel est toujours clair tant que dure son cours,
Et nous avons des nuits plus belles que vos jours. »


En cette aube de l’année 2020 je me prends à rêver avec ces mots de Racine. (Et à délirer ?) Qui sont donc aujourd’hui les « habitants » de ces jours et de ces nuits ?
Voici 
« ma version « , une interprétation toute personnelle ! …

« …Nous avons des nuits plus belles que vos jours. .. »
Les « nuits » de ceux qui partagent, luttent dans la fraternité et la solidarité, partout de par le monde, ceux qui « tiennent cercle avec les étoiles » autour des braseros ou des tardives réunions de coordination, ne sont-elles pas plus lumineuses et étincelantes que le bling-bling clinquant de ceux qui les toisent du haut de leur supposée supériorité, éblouis qu’ils sont par leur propre suffisance et les spots médiatiques ? De ces princes du mensonge qui font éclater le vivre-ensemble et taire les appels à la clarté et au dialogue à coup de fake news et d’infox ?

Ces manipulateurs sont aveugles et ne connaissent pas combien est belle la « nuit » quand elle est portée par une espérance, celle qui ensoleille les coeurs meurtris et qui aide à avancer au delà des contraintes et des malheurs.
Ils ne peuvent voir les fous rires lumineux, la pétillance dans les yeux coquins de ceux qui savent qu’ils ont déjà gagné en joie de vivre et d’être ensemble, dans une commune union pour aimer et fraterniser.

Les « nuits » de 
« ceux qui ne comprennent pas tout » s’éclairent d’aubes prometteuses et les « jours » de cette caste de nantis vont de leur marche forcée vers des crépuscules de tristesse et de désolation malgré leur apparente « réussite » et une accumulation obscène d’argent et de biens dont ils ne savent que faire. Illusion des apparences !
 Ils pourront croire avoir gagné car 
« ils ne sont pas du même camp » comme ils disent et voient les relations humaines comme une compétition, un combat qui ne se gagne que par la force et la violence, qu’elle soit franche ou sournoise pour s’imposer …
Exit l’amitié et la douceur…. Meutres des frères sans honte…

Les fils des ténèbres tentent de mettre en place des jours de deuils et de malheur pour les humbles … Mais ce sont eux les pauvres. Ils pensent tout posséder et il leur manque l’Essentiel : La Vie, celle faite de joie profonde et d’amitié sans faille, d’Appels au don de soi auxquels répondre et qui ouvrent au bonheur…
Mais parce qu’ils ne veulent ni voir ni écouter, ne dépendre que d’eux-mêmes, sûrs de leur petite vérité et de leurs comptes en banque bien remplis, ils s’enlisent dans leur fatuité et exhibent une facade trompeuse.
Ils donnent le change.
Peuvent-ils encore goûter le Vin des Noces qui réjouit le coeur des hommes et les libère des dogmatismes politiques et religieux ?
Un jour, peut-être, si leurs yeux se descillent et s’ouvrent, ils réaliseront ces prédateurs, porte-paroles des institutions économiques et financières, qu’ils ne parlaient pas en vérité mais relayaient des oukases comme des perroquets et n’étaient que des fossoyeurs irresponsables et égoistes de la Vie.

La nuit est ce qui n’a pas encore accédé à la lumière. … (et l’imperfection et les tâtonnements parfois aussi hasardeux que naïfs, -la naiveté, la pureté des simples ! -, des « petites gens » encore dans l’obscurité  en sont le signes).
Mais, inévitablement, elle viendra à la lumière … Déjà, le ciel éclaire « tant que dure son cours »….

Et au coeur de leurs « nuits », les « petits » voient. Ils voient ce qui est encore de l’invisible, car leur lumineuse et fraternelle humanité occulte les sombres méfaits des puissants et la froide désinvolture des repus qui confondent la nuit qui féconde les amours, les rêves et les promesses avec les ténèbres dans lesquelles ils se vautrent.

Ils voient parce que des princes de la nuit allument les étoiles dans des yeux bouffis d’avoir trop pleurer, rougis par une Attente souvent et sans cesse reportée, ils voient par les yeux du coeur que l’impossible devient possible.

Et la parole des enfants de lumière,  éblouit, même dans la nuit. Elle est vraie parce qu’elle parle d’eux. Et par là, leur parole devient créatrice, participatrice à plus grand qu’eux…
Les consciences muselées et fatiguées reprennent voix et vigueur, prennent chair.

et dans la nuit il se fit un grand Silence, prélude au dévoilement d’un Inouï pour les Veilleurs : Il advient, il est là le moment favorable pour chacun !
Les masques tombent pour les pantins. Les sourires resplendissent pour les autres.
Il est fini le vieux temps des oppressions, des enfermements et des larmes.
Ils voient ! Oui, les riches aux mains vides et aux coeurs fermés sont dispersés, renversés de leur piédestal …. les humbles élevés et comblés …

Oui, je rêve sans doute. 
Je rêve encore et toujours que les armes de la Paix prendront le pas sur la violence, la bétise et l’égoisme.
On n’éveille et appelle ses semblabes que dans le lieu où on se trouve soi-même. Que ce lieu soit ajusté à la bonté et à la joie et non à une colère destructrice ou revancharde qui entretiendrait le chaos.
Eh oui, il faut prendre sur soi !!
Je rêve encore, de ce rêve chaque annéee répété, que
 « l’Avenir est ouvert » comme l’affirme mes amis de La Roche d’or. 
Quitte à vous redire encore une fois du fond du coeur : Meilleurs voeux pour tous ! 
Alors que l’année 2020 soit 20 sur 20 pour chacun comme le dit un proche.
20/20 dans un plein de confiance, de foi en l’avenir, d’espérance et de partage…
…Pour que la nuit puisse continuer « à déployer ses voiles » sur une planète qui sera réconciliée et pacifiée et pour que les princes de la nuit s’asséyent sur des trônes sculptés dans l’argent de la dignité.

Entrons dans l’Espérance et la Foi en l’homme qui nous appelle à répondre :
 » Me voici, je viens ! »

Xavier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.