Cléricalisme

partager

Cléricalisme. Un mot qui a la cote ces derniers temps, autant au sein de l’Eglise catholique qu’à travers les médias, suite aux abus et aux scandales sexuels dans l’Institution ecclésiale. Un nouveau massacre des innocents.
Je ne reviendrai pas sur ce que les médias et les réseaux sociaux ont disserter ad nauseam… Des diarrhées verbales ou écrites qui illustrent bien que quelque chose d’essentiel s’est joué dans la dénonciation (enfin !) de ces turpitudes inacceptables.
Pour le Pape François, avec cette notion de cléricalisme, là s’origine la plupart des maux que souffrent l’Eglise de Rome.
Le cléricalisme c’est 2 choses : la prise de pouvoir par certains prêtres sur certains fidèles (surtout des femmes, et, pour certaines, encore plus cléricales que les clercs) et la sujétion de ces derniers vis-à vis de ces « autorités ».
Je ne suis pas très fier aujourd’hui d’appartenir à cette communauté.
Un mélange de honte, de dégoût, de découragement m’habite.
… Et une profonde invitation intérieure à faire silence.
Car, que dire si ce n’est de se taire ? Non pour étouffer ces affaires mais se taire pour mesurer l’ampleur du phénomène et laisser monter en soi et dans l’entre-nous ecclésial les réponses qui seront données et entendre les cris de l’innocence bafouée.
Elles seront à accueillir pour comprendre puis entrer dans un chemin d’ajustement ensemble dans la vérité, l’exigence et la cohérence de la Bonne Nouvelle. Il nous faut parler, quand le temps sera venu, et ce, le plus rapidement possible. Pour une parole et des agirs clairs. Pas seulement jeûner et prier mais s’engager dans le nettoyage des écuries ecclésiales dans lesquelles se vautrent certains.
Pour que la justice des hommes passe. Rapidement aussi. Dans la collaboration, la vérité pour que rien ne soit caché. Tout mettre sur la table, dans des débats contradictoires, peut-être violents, mais salutaires.

J’ai raconté ici sur ce blog le vécu de ma paroisse et des autorité diocésaine face à ce cléricalisme outrancier.
Ce mot « cléricalisme » n’était pas encore à la mode, mais cette récente histoire est bien le reflet d’une autorité devenue autoritarisme, d’un service devenu préséance, de manières d’être devenu mépris et d’un manque de joie profonde.
S’il est des silences constructifs, il en est d’autres qui sont venins, mesquins, assassins.
Tout le contraire du Message du Christ, seul prêtre véritable.

Lire la corniche effondrée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.