Ukraine

partager
Photo Viktor ANTONYUK/SIPA

Je me crois encore jeune ! La réalité m’a rejoint : au cours d’une randonnées avec des amis je me suis cassé la jambe. Des semaines de repos forcé en fauteuil m’ont permis d’écrire un livre sur la marche. En fin d’écriture, la guerre contre l’Ukraine a été déclenchée par le pouvoir russe. j’ai ajouté une postface à ce livre « là où quelqu’un m’attend » que voici :

 » L’éternité soudain… »

C’est le cœur gros, lourd, que j’écris cette postface. Triste de mon apparente naïveté dans cet écrit, face à ce qui vient de se passer. Tout semble si dérisoire, mes petites histoires personnelles et mes occupations et, en premier lieu, ce livre. Son écriture semble tout d’un coup s’effacer devant l’innommable tragédie. Je viens de le terminer juste avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Et pourtant, à le réécrire, je dirai les mêmes mots. Par fraternité, solidarité, compassion. Raison de plus et cordialité en plus. Ou alors, la voie du dialogue et de la diplomatie de l’Europe, sa volonté et son exigence d’apaiser les tensions sont aussi de la naïveté. La naïveté est la pureté et l’audace des simples et des pauvres dans leurs nuits, ai-je écrit page 140.

Comment pouvais-je imaginer qu’il est encore une autre marche ? Elle vient de s’exécuter ces derniers jours, sous nos yeux incrédules. Marche guerrière, marche militaire : la Russie vient d’envahir son voisin. Au mépris de toutes les lois internationales, un dictateur belliqueux, Poutine, veut annexer un pays, l’Ukraine, qui ne veut que la paix et le respect de ses frontières. Qui veut décider par elle-même de ses choix, de ses appartenances et de sa liberté.

A Marioupol, ville dévastée à 90 %, Raïssa Maritain (elle devait avoir sept ou huit ans), racontait son enfance dans cette ville, fin des années 1880, dans son livre « Les grandes amitiés ». Avec sa famille elle fuira elle aussi les pogroms russes contre les juifs.


« … Autant que le froid de notre hiver continental, la chaleur de l’été était extrême. Aussi les fleurs et les fruits surgissaient en abondance. Les mois de mai et de juin débordaient de roses et de cerises ; les tables en étaient couvertes, les jours où l’on faisait des confitures. On s’enivrait de leur parfum. … Ces jours là étaient des jours heureux. On chantait en travaillant. Surtout on écoutait maman chanter de sa belle voix graves des chants petits-russiens… Nous nous arrêtions chez Titicheva les jours où maman nous emmenait à la plage… Maman nageait et nous soutenait en nageant, tantôt ma sœur, tantôt moi…

… Avec ma sœur, nous imaginons qu’elle est ma petite mère et que je suis son petit garçon qui habitons un monde tout autre que celui qu’habite les hommes. C’est un monde où l’on ne pleure pas, où on n’est p        as malade, où toute l’année poussent les fleurs et les fruits, où les enfants jouent avec les oiseaux et peuvent voler comme eux … Lorsque nous fumes assez grandes pour avoir une idée du bien et du mal, l’idée même du mal due être exclue de notre monde. Nous devions nous surveiller pour ne pas prononcer les mots qui désignaient le mal, la méchanceté… ainsi il ne fallait pas dire bien pour ne pas avoir à penser : mal, ni bon pour ne pas risquer de penser méchant. C’était un extraordinaire exercice pour des petites têtes d’enfants…

… La fête plus impressionnante était celle de Pâques. Aux premières vêpres avait lieu le repas liturgique. La table était mise avec beaucoup de recherche, on sortait ce qu’on avait de plus beau. Une nappe éblouissante, des flambeaux d’argent l’éclairaient. Mon grand-père paternel présidait le repas, assis sur le plus haut siège, exhaussé par des coussins. La nuit tombait, on goûtait aux herbes amères, les prières commençaient. Toute pénétrée du mystère de cette Pâque j’étais chargée de poser en hébreu les questions auxquelles mon grand-père répondait par le déroulement du récit biblique et l’explication des rites de la nuit pascale. C’était un long discours, en hébreu aussi, mais dont on nous avait expliqué le sens auparavant, en même temps qu’on me faisait apprendre ma partie dans le dramatique dialogue. Tous les cœurs étaient étreints par la grandeur des promesses et des faveurs divines, par la pathétique histoire de tant de siècles de souffrances qui n’avaient pas éteint l’espoir. Je ressentais obscurément cette immensité de douloureux mystères sans me rendre compte, naturellement, de leur signification et de leur contenu… « 

Après 80 ans de difficile et relative paix, la guerre est de retour en force en Europe. Marioupol, Kiev et d’autres villes sont bombardées et leurs habitants se terrent comme des bêtes dans le métro, les caves et les entrailles de la terre ; ou fuient par centaines de milliers sur les routes de l’exode : Terribles marches que celles-là ! Voici ceux de toujours, les petits, les humbles, les innocents, ceux qui font les frais des despotes. Ils sont en marche, en exil aujourd’hui vers des terres étrangères. Violentés, brisés, séparés des leurs, ils s’avancent dans le froid des routes, trouver un peu de chaleur hospitalière ailleurs.

Leur agresseur, méthode bien connue, terrorise la population civile pour tenter d’asseoir son emprise. On l’a vu en Syrie, en Tchétchénie, en Géorgie, avec les bombardements systématiques contre les civils comme tactique de guerre. Les civils ne comptent pour rien dans le délire mégalomaniaque de ce potentat. Il sait y faire pour agresser les populations partout où il s’engage. Il a le plus grand mépris pour toute vie humaine.

La démocratie n’est pas le fort du Kremlin, encore moins les Droits de l’Homme : il suffit de voir le traitement réservé aux opposants poutiniens : rafles, goulags, empoisonnements, tortures, assassinats, répressions diverses à l’égard de son propre peuple, censure des médias opposants, perversions et mensonges pour tenter de ressusciter la vieille Russie. Des voix russes se lèvent pourtant pour dénoncer ces barbaries :

« … Quand on dit guerre en russe, même les gens chauves ont les cheveux qui se dressent. La guerre c’est le sang, c’est l’odeur terrible, les bombardements, les cris des enfants, le meurtre. Et beaucoup d’entrailles, beaucoup d’entrailles… »[1]

L’humanité ne sort pas grandie de ces conflits volontairement provoqués sur des frères. Je parle de l’humanité, ou plutôt de l’inhumanité, de ce dictateur russe. Elle provoque nos propres humanités. Nos démocraties jusqu’ici molles, peureuses, rechignaient à s’affirmer face à ces violences depuis des décennies, pour préserver leurs intérêts économiques. Bien qu’il reste quelque chose de ces réticences, elles se réveillent enfin. Il est temps. On ne peut éternellement fermer les yeux, au nom du profit, sur ce qui se passe ailleurs. Les bruits de bottes, le vrombissement des tanks, les sifflements des missiles contre les civils se développent partout de par le monde. Les trumperies et les poutineries s’étalent au cœur de régimes de plus en plus totalitaires, fascisant, au nez et à la barbe des pays qui se disent encore démocrates et ne voulaient guère bouger au nom de la finance et de son « réalisme ».

La guerre frappe à la porte de l’Europe tout comme le désir de paix et la demande de soutien du président Ukrainien Volodymyr Zelinsky. Qu’allons-nous entendre ? Les bruits de canon ou les pleurs des enfants ? Sommes-nous donc aux portes de l’enfer ? A moins que nous soyons vitrifiés avant par un désastre nucléaire. « L’éternité soudain » ? C’est ce qui semble nous menacer de manière concrète … Le poète sera étonné de voir surgir le contraire de ce qu’il avait annoncé…

Ce n’est pas le lieu de faire ici une analyse géopolitique. Je n’en ai pas la compétence. Mais à la lumière de ce que j’ai écrit dans ce livre, je voudrai dire ma parole : Aux marches des soldats de guerre, opposons celles des soldats de paix ; qu’à la violence des armes se substitue le dialogue et la concertation. « Revêtons les armes de lumière » invitait Paul de Tarse.

Déjà les réfugiés, femmes et enfants, frappent à nos portes, pendant que certains prétendants à la présidence française les repoussent comme ils ont invité, il y a peu, à « rejeter à la mer » les migrants d’Afrique dans le plus grand cimetière du monde, la Méditerranée. Refusons l’intolérable.

Regardons au-delà : la société civile, les associations humanitaires, caritatives se lèvent pour venir en aide, comme toujours, aux populations meurtries. Cette solidarité sans frontière nous grandit et sauve le Monde. Ici encore, nous sommes invités à contempler la misère avec les yeux du cœur. A déceler la beauté qui surgit au milieu des décombres et de l’ineffable et insupportable malheur   : vivante, immortelle, pleine de promesses dans ses pleurs. La voilà la contemplation ultime qui parie sur la victoire de la Vie, celle ancrée en Christ, en Jésus en croix.

Dans l’Evangile de Jean, Jésus dit : « Courage, j’ai vaincu le monde… » Fort de café quand même pour affirmer que la non-violence, la paix, la fraternité auront le dernier mot. Ce que nous avons à croire, c’est cette conviction d’une Victoire déjà là. Comme une certitude que du pire mal peut jaillir un bien. Comme celui que nous voyons, au niveau mondial, de l’immense solidarité, de la profonde compassion, de la chaleureuse fraternité qui se déroulent et se vivent sous nos yeux, face à ce mortel cataclysme russe qu’aucune raison ne peut justifier. Au cœur des atrocités et des laideurs surgit la beauté de l’homme, celle qui l’élève et l’unifie. « Le prince de ce monde n’a aucun pouvoir sur moi » disait Jésus.

 Il y a quelque chose de diabolique effectivement dans ce qui se passe en Ukraine. Quand Jésus nous appelle à entrer dans une attitude de courage, ne semble-t-il pas dire que si le temps est porteur de guerre entre les hommes, de toute façon, la victoire est certaine. Pour l’Ukraine, ce sera aux prix de combien de morts, de destructions et surtout de ruptures et de méfiance pendant des décennies entre les deux pays ? Cette invitation au courage nous incite, non seulement à faire acte de volontarisme pour tenir le coup, mais surtout à vivre à partir du cœur comme l’indique l’étymologie du mot. Le courage c’est de ne pas céder à la désespérance et de faire le choix de la Vie. Le courage est affaire de cordialité.

Acte de foi en cette parole « J’ai vaincu le monde« . Non dans un combat qui ajoute de la mort à la mort : nos expériences et l’Histoire nous disent l’inanité de rajouter de la guerre à la guerre bien que la tendance est là, de répondre ainsi : forte, vengeresse, avec rancœur. Inutile de chercher une Victoire de cet ordre parce que la Victoire est déjà remportée. Nos combats humains, quels qu’ils soient, sont perdus d’avance. Pour tous, vainqueurs comme vaincus. Comment des dirigeants peuvent-ils ignorer ce fait ?

Par contre, nous avons à nous mettre en cette Victoire spirituelle sur le monde du mal et de la haine pour vivre les combats du monde, le protéger des propres bêtises de ses va-t-en-guerre. Il y a quelque chose de l’ordre d’un agenouillement des uns devant les autres pour dire la grandeur des uns et des autres. Nous mettre en cette victoire, c’est se mettre en route intérieurement et vivre un marcher qui tend vers une unité, une paix intérieure. Non pour être tranquille, mais pour tenter de comprendre comment ne pas tendre forcément l’autre joue et agir pour refuser l’intolérable. Ce peut être crucifiant.

Combats… Les nôtres d’abord. La guerre est aussi en nous et il n’y a que nous qui pouvons la combattre. Je ne peux qu’inviter chacun à s’habiter vraiment. Là est l’urgence. Et nos marches peuvent nous aider à rester dans un lieu de paix ou à la retrouver pour ne pas sombrer dans l’animosité, l’escalade violente, la riposte haineuse. Et ce lieu de paix peut déteindre sur ceux qui nous entourent, tant nous pouvons réveiller ce même sanctuaire en eux. Entrons dans notre royauté. Soyons des ferments de contagion d’un amour fraternel qui doit se répandre et s’établir entre les hommes. La bestialité méprisante, destructrice, de quelques uns ne doit pas entamer notre certitude que tout est déjà vaincu. Prenons la main de la petite fille Espérance. Elle va nous conduire sur des chemins nouveaux. Ceux dont notre monde à tant besoin aujourd’hui et demain. Et nous en serons les artisans de ce Monde meilleur. C’est Etty Hillesum qui écrivait :

« Je ne vois pas d’autre issue que chacun de nous fasse un retour sur lui-même et extirpe et anéantisse en lui tout ce qu’il croit devoir anéantir chez les autres. Et soyons bien convaincus que le moindre atome de haine que nous ajoutons à ce monde nous le rend plus inhospitalier qu’il ne l’est déjà ».

Combats encore … ceux de et dans notre société. Tout d’abord contre les tenants de courants ultranationalistes et identitaires : on voit aujourd’hui où nous mènent leurs agressions et leurs totalitarismes. Combats politiques aussi car on ne peut plus accepter l’immensité des injustices, des profits, aux mains de quelques uns, de quelques nantis et oligarques tout pays confondus, même ici en France, comme les « premiers de cordée ». Voici quelques chiffres clés récemment dévoilés[2] :

La fortune des milliardaires dans le monde a plus augmenté en 19 mois de pandémie qu’au cours de la dernière décennie.

 Depuis la pandémie, le monde compte un nouveau milliardaire toutes les 26 heures, alors que 160 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté

 En France, de mars 2020 à octobre 2021, la fortune des milliardaires français a augmenté de 86%

 Avec les 236 milliards d’euros supplémentaires engrangés en 19 mois par les milliardaires français, on pourrait quadrupler le budget de l’hôpital public ou distribuer un chèque de 3500 euros à chaque Français-e-s.

 Les 5 premières fortunes de France ont doublé leur richesse depuis le début de la pandémie. Elles possèdent à elles seules autant que les 40% les plus pauvres en France.

 7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire pour vivre, soit 10% de la population française et 4 millions de personnes supplémentaires sont en situation de vulnérabilité à cause de la crise.

Voilà, illustrée concrètement, la source des malheurs, des injustices et des guerres. On laisse les voraces continuer comme ça ?

… Déplacement du lieu de nos combats. Déplacement aussi de nos perceptions d’un Dieu que j’ai essayé de faire découvrir comme étant le Dieu de l’impuissance. Déplacement encore de nos modes de prières ou de ritualité pour converser avec Lui.

Prières aussi … Pour nous permettre, non d’attendre une réponse facile d’un Dieu que nous savons pauvre et impuissant, mais pour nous établir dans cette attention de nous-mêmes face à nous-mêmes et nous poser dans la grande et éternelle prière de Jésus qui prie le Père. Ancrer notre prière dans la sienne. Apprendre à entendre sa propre prière. Ce qui est possible c’est de se mettre en présence et à l’écoute de l’Hôte divin en nos cœurs pour recevoir une petite musique, une « ambiance » à l’intime qui nous pose dans une harmonie christique et une paix pour nous laisser faire. Puis, allier à notre prière et notre méditation, nos gestes de solidarité et de fraternité, nos luttes de solidarité. Combattre avec ce Dieu en participant à « ses affaires ». Ne pas attendre du « tout cuit » qui tomberait du ciel, mais œuvrer au Royaume. Dieu ne peut pas répondre à nos prières, essentiellement de demandes,  telles que souvent nous les exprimons ; ou, s’il le faisait, ce serait un monstre, planqué au dessus de la mêlée, jouant et distribuant, selon son bon vouloir, telle réponse ou pas à telle personne ou peuple ou pas : tiens, celui-ci va mourir, tiens, tel bombardement sur telle ville, etc…

Cette prière qui nous dépasse nous met dans l’impuissance et change radicalement son contenu pour passer de nos demandes toutes humaines (mais Dieu n’aime-t-il pas aussi que nous soyons comme des enfants ?) à l’exposition de nos vies à son Amour.

A partir de ce temps et de ces lieux de prières, nous sommes des envoyés par lui, avec lui, « sur le terrain ». Vivre à partir de ces lieux et temps de mise à l’écart pour nous laisser « boulanger », pétrir, en nous offrant, impuissants, à une forme de gratuité qui va se donner, au-dedans de soi, comme un travail d’enfantement de Lui, dans nos consciences et dans nos cœurs, à de nouvelles réalités de prières et d’agir. Travail invisible de ce que certains appelle la grâce, celle de l’Esprit qui parle à notre esprit.

Dieu est en l’homme et prendre soin de lui en l’homme c’est vivre la communion avec lui et avec nos frères. C’est vivre de sa Paix. C’est faire advenir ce Dieu dans nos vies. « Dieu a besoin des hommes » comme le rappelle le titre d’un roman de l’écrivain breton Henri Queffelec et du film qui en sera tiré, avec Pierre Fresnay, en 1950.

Vivre de sa paix c’est être envoyé sur le front des conflits en nous et autour de nous. C’est peut-être pourquoi j’ai aussi du mal à prier pour ces popes orthodoxes priant pour la victoire, bénissant les tanks, donnant une légitimité religieuse à la barbarie : c’est d’une immoralité insoutenable. Incroyable quand même ! Des religieux qui se disent chrétiens, incapables de faire une « demande urgente pour la fin immédiate de l’effusion de sang et le retrait des troupes russes du territoire de l’Ukraine » ! Et pourtant, il faut prier pour eux aussi.

Combats des autres hommes aussi. Ce lundi 28 février, France Inter interviewait Dimitri Bortnikov, écrivain russe qui vit en France depuis 20 ans. Il affirmait, commentant la guerre en Ukraine :

« …Frères humains, la voici l’heure la plus abandonnée ! Vous passez, vous passez comme les jours qui meurent, comme la neige qui tombe. Vous passez les yeux à terre comme devant celui qui doit avoir honte. Mais comment pourrait s’exercer l’amour du prochain, la pitié du prochain, s’il n’y a plus de mendiants, ni de pauvres, ni de fous, ni de ceux dont le cœur est à terre ? Vous dites : ce n’est pas mon prochain, celui-là. J’ai mon propre prochain à moi, moi ! À chacun son prochain, vous dites !

Et vous passez… Alors tuez-les, tuez-les tous, les pauvres, les étrangers, les mendiants, les clodos, les désespérés, les fous, les cœurs hurleurs, les cœurs muets ! Comme ça l’amour ne sera pas nécessaire… Et vous n’auriez plus honte pour votre prochain. Ça serait l’enfer, frères, ça serait l’enfer ! Et tout s’arrêterait. Alors… Aimez votre frère qui tombe. Il faut beaucoup l’aimer. … Beaucoup !… Beaucoup ! »[3]

Je ne peux pas ne pas me poser la question d’une réponse militaire face aux agressions de Poutine, quand des civils sont sciemment tués, des écoles et des hôpitaux d’enfants bombardés, des menaces de déflagrations nucléaires proférées. « Tendre l’autre joue », comme le préconise Jésus est une réponse facile quand il s’agit d’un différend, même sérieux, entre deux personnes. . Mais quand la vie humaine de millions d’hommes, de femmes et d’enfants est en jeu, qu’en est-il ? Il n’y a pas de guerre juste comme le défend le patriarcat orthodoxe de Moscou. A voir Poutine et le patriarche Cyrille, copains comme cochons pour restaurer la « grande et sainte Russie » d’autrefois, au mépris de la vérité et des hommes, je m’interroge et je me demande parfois : La Paix, parfois, ne pourrait-elle pas se faire aussi par les armes ? Mais devant la folie destructrice du paranoïaque russe ne serait-ce pas mettre le feu au monde entier que de tenter de l’arrêter ainsi ? Terrible dilemme !

Les nuages deviennent sombres : fascisme rampant y compris en France, racisme, haine de l’autre, individualisme forcené, religions intégristes sectaires et intolérantes, communautarismes, piétinements (drôles de marche celles-là aussi !) des droits fondamentaux par des décideurs … Oui, la compassion est de mise pour que tous les hommes soient consolés et dressés dans leur humanité la plus belle. Compatir activement, concrètement, ardemment, devra être, de plus en plus, la colonne vertébrale de notre vivre-ensemble à venir. 

Devant un autre péril qui se dessine, sournois dans ses rapides avancées, encore plus extrême que ce que nous avons connu jusqu’à présent, dont nos dirigeants se soucient si peu, il nous faut apprendre à vivre cette compassion active : sinon, face à la terrible urgence environnementale qui s’annonce et le milliard de déplacés ou de réfugiés climatiques dans les décennies à venir, la foire d’empoigne, les guerres, la solidarité fraternelle feront de nous des bêtes ou des frères.

Quels passants serons-nous alors devant les « mendiants, les pauvres, les fous, ceux dont le cœur est à terre … les étrangers, les clodos, les désespérés, les cœurs hurleurs, les cœurs muets ?… »

Serons-nous encore des marcheurs proches allant à la rencontre de nos frères en souffrance ? Le prochain c’est celui dont je sais me faire proche explicitait Jésus dans la parabole du bon samaritain.[4] Les mettrons-nous au cœur de nos préoccupations lors de cette campagne présidentielle 2022 ? Tout se joue actuellement : guerres, catastrophes, épidémies, catastrophes climatiques, changement de paradigmes dans nos sociétés, nos civilisations, nos croyances, mais aussi espérance, fraternité, solidarité, confiance, paix …

Plus d’autres choix que celui de nous faire proches ! « Levez-vous » invitait Jésus avant d’aller jusqu’au bout de son amour pour les hommes. Avec lui, quittons nos certitudes, nos vérités de toujours, nos habitudes et pensées complaisantes. Remettons-nous en cause et suivons-le. Et il ajoutait : « Partons d’ici » : un impératif pluriel pour dire qu’il était avec nous sur ce chemin d’exigences et de vérité.

Dieu est le premier intéressé pour et dans la transfiguration du Monde et des cœurs… L’homme qui œuvre ainsi avec lui est son repos.

Oui, la paix est un combat. Depuis toujours, Il ne désespère pas de l’homme. Entrons dans cette seule certitude qui vaille, sinon il y a de quoi désespérer. Il est « avec nous » mais ne fera pas à notre place. Soyons les David, muni d’une simple fronde pour terrasser les Goliath qui ricanent de notre petitesse. Un petit caillou blanc prélevé dans le torrent de l’Espérance sera notre délivrance.

Anastasis !

Faisons nôtre ce mot grec qui dit la Résurrection : Acte de se réveiller, de s’éveiller, de se dresser, de se lever, de se mettre en route.

UKRAINE

Grand ciel bleu ici,
et pourtant noirci des fumées de l’Ukraine.
Profond silence ici,
et pourtant entaché des cris des innocents de l’Ukraine
Beauté d’un printemps ici,
et pourtant enlaidi des dévastations en Ukraine
Je vois, j’entends, je pleure
de ce qu’ils font en Ukraine
Je sens même les effluves de mort
qui viennent jusqu’ici d’Ukraine
O Dieu ! Tout vient à moi des plaines et des villes d’Ukraine
O Dieu ! Je suis en profonde tristesse
de ce qu’ils Te font en Ukraine
Ici c’est ma terre de France,
là-bas c’est aussi ma terre intérieure d’Ukraine
Tu es touché en ta pleine humaine divinité
Victime des hommes en Ukraine
Je suis touché en plein cœur en moi d’Ukraine.

Ce qui se passe en Toi, en moi, en Ukraine
dit la folie des hommes.
La paix est-elle définitivement impossible ?
La honte des Caïn parcourra-t-elle la Terre sans ta justice ?
Communion avec Toi, avec Toi dans les victimes
L’agneau immolé ne peut crier vengeance
et son cri de vainqueur semble si dérisoire
Jour et nuit ces pensées me désolent et me hantent
Qu’avons-nous fait pour te crucifier ainsi encore et encore ?

Espérance contre Absurdité ?
Fraternité contre Egoïsme ?
Dépassement de soi ou facilité ?
Liberté ou passions morbides ?
Naître à la vie de l’Esprit
ou croupir dans ses désirs morbides ?
Quand le tragique mène l’homme
où trouver la brèche ?
Dans l’océan des ténèbres
où peuvent scintiller les consciences ?
Effroyable croix déjà emblavée de la mort victorieuse
Timide et frêle Résurrection dans son éclatante victoire
Folie des hommes vaincue par la folie de Dieu
Vengeance de Dieu qui n’est que vengeance d’amour
Est-ce ton Heure Seigneur ?
Est-ce irrémédiablement ton chemin ?
Toi qui ne peux rien
Toi vers qui montent mes doutes
Inspire en moi la foi, bien sûr pour traverser
mais surtout la solidarité pour ma propre dignité
Et encore plus la Lumière pour ne plus désespérer.

Voici la Vie, voici la Pâque !
Que ma foi soit assez forte pour croire en l’Homme



[1] Dimitri Bortnikov

[2] Rapport Oxfam de Janvier 2022

[3]Sur https://www.franceinter.fr/emissions/boomerang/boomerang-du-lundi-28-fevrier-2022

[4]  Evangile de Luc 10, 25-37

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.