Lettre à Diognète

Il est fait souvent référence ces derniers temps à la « lettre à Diognète » sur les réseaux sociaux, en particulier religieux ou apparentés. La polémique soulevée par certains évêques français en opposition au gouvernement pour ouvrir les lieux de culte le plus tôt possible a ravivé les difficultés de relations pour certains concernant la liberté de culte au sein d’un état laïc.
Un programme dans cette lettre est décliné pour décrire un chrétien dans la cité :
Il ne se distingue pas parle langage ou les coutumes.
Il obéit aux lois de l’Etat et aux devoirs du citoyens ordinaires.
Il est l’âme du monde et le fait vivre.
Il aime ceux qui le détestent.

On comprend donc combien ce document est d’actualité face aux désirs de certains clercs et croyants de se singulariser et dire leurs différences. Cette « piqûre de rappel » avec ce texte mérite l’attention de ceux et celles des croyants qui voudraient se situer « hors du monde ».
Ce vieux manuscrit des années 190-200 a été écrit sans doute à Alexandrie. On ne connait pas l’auteur.
C’est un certain Thomas d’Arezzo en 1436, qui le découvre parmi des papiers d’emballage dans une poissonnerie de Constantinople. Il s’empresse d’acheter ce document qui n’est autre que la copie du texte original qui avait disparu…
voici quelques extraits (le document entier peut être lu ici)
:

Continuer la lecture de « Lettre à Diognète »

Le Masque

Depuis l’aube des temps les relations entre les hommes se sont faites en face à face, de visage à visage, de regard à regard, de personne à personne.
Avec  l’apparition du masque dans l’Antiquité quelque chose d’essentiel de l’individu devient caché. Il avait pour objet de « prendre » la physionomie et les expressions d’un tiers pour mieux reproduire des types de personnalité dans les comédies ou les tragédies théâtrales anciennes .
Le masque cache, déguise, trompe.

Continuer la lecture de « Le Masque »

Tous des hommes

Ce qui me frappe pendant ce temps de pandémies, sans vouloir bien sûr généraliser, c’est l’existence franche de deux groupes : les pros et les antis… quelque soit le sujet.
Nous les retrouvons à la fois dans le société et dans les religions.
Le clivage est net et ne fait appel à aucune tolérance.
Dans la société, le confinement ou pas, sa levée,  l’hexachlorodine ou non, l’accès aux plages, la reprise scolaire, tout devient sujet à avis péremptoire et souvent définitif.
Il y a ceux  qui voient une occasion inespérée de remettre, autant que faire se peut, les pendules à l’heure en ce qui concerne un renouveau écologique planétaire et ceux qui veulent retrouver rapidement  l’économie d’avant, comme si rien ne s’était passé.
Solidarité contre égoïsme.

Continuer la lecture de « Tous des hommes »

Entre pessimisme et espérance

Dans Télérama du 22 avril 2020 le documentariste Stan Neumann (voir « le temps des ouvriers » en replay sur Arte – 4 volets passionnants) s’ interroge :
« La période singulière que nous traversons avec la pandémie du coronavirus donne à entendre des paroles d’espoir sur de possibles grandes réformes politiques et sociales. Le Tchèque pessimiste qui est en moi se dit qu’une fois passée la crise cet espoir pourrait bien être balayé. Je me trompe peut-être, mais l’égoïsme capitaliste me semble trop puissant pour ne pas reprendre le dessus. Et puis, même si l’on revenait sur la libéralisation effrénée de notre économie, on ne corrigerait pas l’énorme déséquilibre entre l’Occident développé et le reste du monde. Tant que subsistera cette inégalité, on restera au bord du gouffre. »

Je crois qu’il n’est pas le seul à penser ainsi. Un doute profond mine bien des personnes sur la capacité des hommes à se saisir de la crise pour changer de paradigme. J’en fait partie.

Continuer la lecture de « Entre pessimisme et espérance »

La « stabulation libre » ou quatrième lettre aux amis confinés

Je vous partage ce long et dense propos de François Cassingena Trévedy.
Peu de commentaires s’imposent si ce n’est une invitation à prendre le temps de l’habiter.
Je vous invite à vous abonner à sa page Facebook, qu’il appelle « le livre des visages ».
https://www.facebook.com/francois.cassingenatrevedy/posts/3174659166091901

Chers amis, encouragé par votre invisible présence, par les manifestations si nombreuses de votre assentiment, par la belle densité de vos réponses (j’aimerais pouvoir répondre à chacun de vous), je reviens au rendez-vous et me sens désormais votre obligé. Saurai-je vous dire assez combien vous m’êtes précieux et combien vous me donnez à espérer en ces temps où notre espérance est parfois mise si rudement à l’épreuve et où l’on peut rencontrer, à l’occasion, une étonnante l’hostilité ? Il me semble que nous formons désormais une réelle communauté qui prend de la consistance, de la cohésion, de la profondeur.

Continuer la lecture de « La « stabulation libre » ou quatrième lettre aux amis confinés »

Lettre aux mouvements et organisations populaires

A se focaliser sur le Covid 19, les médias mainstreams ne nous ouvrent guère à d’autres événements tous aussi importants.
En plein pandémie, le jour de Pâques, le pape François écrit une lettre aux mouvements et organisations populaires (rien que ces appellations n’intéressent pas les médias !)

Qui sont ces destinataires ?
Essentiellement des acteurs de terrain qui agissent concrètement au service de personnes du milieu ouvrier et des quartiers populaires partout dans le monde.
Que leur dit-il ?« Vous revendiquez vos droits au lieu de vous résigner et d’attendre que tombent les miettes de ceux qui détiennent le pouvoir économique ».

Continuer la lecture de « Lettre aux mouvements et organisations populaires »

Voici le Temps de la fin d’un Monde

Il est beaucoup question ces jours derniers de « l’après-coronavirus » et de la nécessité de préparer la sortie du confinement. Les débats vont sans doute s’amplifier pour « ne plus faire comme avant » afin de mettre en place des alternatives nouvelles véritables. dans une remise en cause totale de nos modes de vivre. Totale, c’est-à-dire politique, économique, financière et surtout sociétale et environnementale. La crise que nous venons de traverser est un sacré coup de semonce pour virer de bord de manière individuelle et collective.

Continuer la lecture de « Voici le Temps de la fin d’un Monde »

Et si je meurs ?

On dit que les premières civilisations sont nées à partir de la capacité des hommes préhistoriques à mettre en place des rites funéraires pour accompagner les défunts dans leur passage au-delà de la mort.
Sans doute que, bien avant, l’humain s’interrogeait sur les cycles de la vie et de la mort. Sa réflexion et sa manière de s’occuper des défunts ont participé à l’émergence d’une conscience qui a fait de lui un homme et non plus un animal. Cette capacité de penser, cette « spiritualisation » de l’homme, s’est développée au cours des siècles jusqu’à nous aujourd’hui, à travers le temps, les modes de vie et de vivre ensemble, les coutumes, les religions, les spiritualités …
L’épidémie du Covid 19 vient bousculer cet héritage séculaire et universel qui a fait de nous des êtres de chair et d’esprit.

Continuer la lecture de « Et si je meurs ? »

Pâques…. Christ est ressuscité !

Rien de spectaculaire… Personne n’a rien vu…
Certains disent qu’il est ressuscité….  Des mots ? des sornettes ?
Plus que des mots pour tenter de dire l’indicible : des expériences.
Ou Une (L’) expérience :  celle d’une Rencontre heureuse, d’un Regard joyeux posé sur nous, d’une conviction à l’intime que chacun peut faire dans les bonheurs ou les malheurs de sa vie.
Apprendre à lire la vie. Ça se passe dans le concret des nos existences et de nos relations. Relire aussi ce qui est écrit dans les rouleaux des Écritures.
Ce qui est écrit ne serait que des mots ou des idées si nous en restions à de simples considérations intellectuelles ou spirituelles.

Continuer la lecture de « Pâques…. Christ est ressuscité ! »